Mortification et malnutrition : l’intérêt des micronutriments dans la gestion des plaies

De nombreux nutriments, comme la vitamine E, la vitamine C, l’arginine, le zinc, la vitamine A, peuvent facilement contribuer à la cicatrisation des plaies et la sauvegarde de la santé des tissus.

Plusieurs études comme celle-ci dévoilée dans les Annals of Internal Medicine indiquent qu’une consommation raisonnable de ces nutriments pourrait permettre à certaines plaies de se cicatriser, comme les plaies chroniques, les ulcères, les escarres, surtout auprès des personnes âgées.

On note aussi qu’il existe des acides animés tels que l’arginine, qui sont capables de soutenir la composition du collagène et permettre donc l’épithélialisation et la cicatrisation de la plaie.

En fait quand la personne blessée est traumatisée, stressée, les acides aminés interviennent favorablement. Ces nutriments apportent plus que ce que le corps peut donner.

Prenons par exemple le cas de L’arginine qui permet de produire l’oxyde nitrique, haussant le flux sanguin et permet de produire la réaction immunitaire, l’assemblage du collagène, et l’apport des autres acides aminés dans les cellules.

Quant à la vitamine C elle crée la séparation dans la production des tissus régénération et permet l’ingestion du fer et l’impulsion de cuivre.

Le zinc qui joue aussi le rôle d’anti-oxydant permet de promouvoir, la synthèse des protéines et de favoriser la croissance des cellules, le cuivre permet la réticulation des fibres de collagène pour créer des tissus, la vitamine E ou encore la vitamine C donne la possibilité de maintenir le stress oxydatif.

Julie
Rédactrice sur l'UPML, étudiante en Médecine à la Faculté de Lyon (grange blanche), Tennis en niveau amateur et bénévole à la SPA.