Les Laboratoires Pierre Fabre lancent un fonds pour l’innovation

0
51

Les Laboratoires Pierre Fabre se lancent dans l’open innovation en créant le « Pierre Fabre Fund for Innovation ». Le but étant de financer biotechs et laboratoires de recherche dans la réalisation et le développement de nouveaux produits. A la tête de ce projet sera nommé Laurent Audoly, directeur recherche et développement pharmaceutique du groupe Pierre Fabre. Les laboratoires, n’ont fourni aucun détail sur le budget global.

Second laboratoire pharmaceutique indépendant français, les Laboratoires Pierre Fabre dévoilent le « Pierre Fabre Fund for Innovation ». En suivant les biotechs, les start-up et les laboratoires de recherche privés ou publics, le groupe originaire du Tarn voudrait hâter le développement clinique de nouveaux produits.

Pierre Fabre va concentrer son aide sur les recherches en oncologie, onco-dematologie et dermatologie, surtout en France et en Europe. Voulant précipiter l’amélioration des projets innovants, le Pierre Fabre Fund for Innovation va s’intéresser à des projets de recherche déjà évolués, qui se trouvent « soit à moins de 24 mois du passage de la phase pré-clinique au développement clinique, soit une étape prématurée de développement clinique », souligne le groupe.

Soutenir l’innovation

Cette initiative se fait dans une condition où les biotechs rencontrent des difficultés pour se faire une place sur le marché, surtout dans la région. Pierre Fabre veut donc mettre faire profiter ses compétences à ces entreprises mais également aux laboratoires de recherche, n’importe quel domaine à savoir : pharmacologie, biothérapies, immunothérapie, médecine translationnelle, market access et même la stratégie réglementaire et commerciale.

Laurent Audoly, qui est le directeur de recherche et développement pharmaceutique du groupe Pierre Fabre, sera chargé de piloter le fonds pour l’innovation comme managing partner. Pour démontrer la volonté du groupe, il indique que « plusieurs bonnes idées ne se concrétisent jamais le jour parce que le projet n’est pas structuré ou parce qu’il est possible d’accéder aux experts adéquats « . Il déclare ensuite, que le financement n’est pas l’unique critère de succès.