Les compagnies d’assurance déçu par les résultats

0
20

Les contrats d’assurance-vie ont générer près de3,4 milliards d’euros, de collecte en juillet en France.

Considérés comme les meilleurs produits d’épargne des français, les contrats d’assurance-vie ont affiché une hausse grâce au montant de la collecte nette qui s’est fixé à 3,4 milliards d’euros au mois de juillet 2016. Il ne faut pas oublier que cette collecte concerne les versements effectués desquels on tire les prestations payées.

Mais la différence n’est pas vraiment faite par les dépôts qui se font à un rythme maintenu comparé à l’année passée, mais les retraits on remarque que le nombre de retrait est réduit.

Globalement, la collecte a été de 15,3 milliards d’euros sur les sept mois passés, alors que l’année passée, elle s’était fixée à 14,9 milliards et 14,6 milliards d’euros l’année d’avant. Si cette annonce est réjouissante à première vue, mais les assureurs, celle-ci ne satisfait pas pour autant les professionnels de l’assurance. La plupart des versements concerne les fonds en euros concernent l’assurance vie. Disposant de taux bas, ils attirent de plus en plus d’épargnants, mais ils se rapprochent du niveau de rentabilité pour les assureurs.

Encourager la création des unités de comptes

Il faut dire que les marges des assureurs se tassent d’avantage surtout quand il faut qu’elles se substituent aux obligations de leurs fonds en euros qui arrivent à expiration par des titres moins lucratifs. Face à cette difficulté, les compagnies d’assurance prescrivent des contrats en unités de comptes à leurs clients comme ils comportent moins de risques et bénéficient d’une meilleure rémunération.

Mais quand on voit le taux d’unité de comptes qui fixé à 18,9% et proposé ces derniers mois, on peut être dubitatif quand on sait que le taux l’année passée était de 20,7%.

L’année passée, le taux moyen s’était établit à 2,3% créant ainsi la confiance. Plusieurs clients acquièrent des contrats d’assurance-vie en fonds euros garantis à vie. C’est d’ailleurs, le cas d’Axa qui a racheté des contrats Crest20 en versant une prime de 25 % du capital du contrat. D’autre part, Swiss Life avait lancé une politique qui consiste à prendre part à la prime en 2009. Grâce à cette pratique, le taux de rémunération est revu à la hausse suivant le pourcentage des sommes en Unités de comptes.